La BARAKASON c’est à Thônex que ça ce passe.

 

Quelques chiffres de 2005 à ce jour:

Chaque année, les locaux de répétition accueillent une moyenne de 20 groupes différents, représentant une moyenne de 60 musiciens dont un quart de la gente féminine. La durée moyenne d’un groupe est de un an et demi, 3 mois pour certains et 8 ans pour d’autres.

160 concerts ont été organisés, permettant à 4,2 formations musicales de se produire sur scène devant une moyenne de 212 spectateurs par concert pour les 4 dernières années, avec une répartition quasi paritaire entre fille et garçons.

1.2 Premières scènes: « La Barakason »

Afin de stimuler les groupes, nous leur proposons également de se mettre à plusieurs pour organiser leurs première scène, en s’appuyant sur la participation d’un groupe plus connu de leur choix. Nous avons l’avantage de bénéficier d’une salle qui peut accueillir 200 spectacteurs et qui outre la scène, est équipée du matériel de sonorisation et d’éclairage nécessaire. La vocation de cette scène n’est pas d’accueillir des artistes connus ou/et reconnus, ni de remplir à tout prix la salle: la priorité est de favoriser les amateurs locaux, si possible même des habitants de quartiers thônésiens ou de proximité.

Outre la stimulation musicale, cela nous permet aussi de valoriser des liens de connaissance, de reconnaissance, et d’entraide entre eux. Comme on peut l’imaginer, les styles de musique sont très diversifiés, et de telles organisations permettent donc de développer la tolérance, le respect, le partage, la solidarité entre des jeunes qui s’identifient par groupes à leur culture musicale préférée. Les groupes trop individualistes, discriminants ou raciste s’en trouvent dès lors écartés.

1.3 Co-organisation de concerts ou d’autres manifestations

Au fil du temps, d’autres demandes ont été exprimées par des jeunes, qui consistent à organiser un concert, ou une exposition, ou encore une disco par exemple. Cela peut s’inscrire dans le cadre d’un travail collectif de maturité ou de diplôme; ou bien récolter des fonds pour soutenir un projet humanitaire, pour financer un voyage d’étude scolaire, pour graver le CD de leur groupe de musique, pour un projet dans le cadre d’une association, etc…

Fidèles aux objectifs prioritaires de participation et d’émancipation mentionnés dans la Charte cantonale des centres et dan le Projet associatif de la MQT, nous avons alors rédigé une convention de co.organisation afin de bien préciser, de cas en cas, le partage des responsabilités dans l’organisation de telles manifestations.

Le cadre fixé par les conventions de co-organisation est la plupart du temps bien compris et respecté par les jeunes. Mais quelques situations se sont avérées plus compliquées, certains jeunes éprouvant des difficultés à ce conformer à des règles et à se responsabiliser dans un contexte plus citoyen.

Permettre à chacun d’être sujet plutôt qu’objet, comporte un certain nombre de risques et de difficultés certains jeunes aimant jouer avec les limites en empiétant sur le pouvoir d’agir d’autrui, y compris celui des professionnels.

Cette action rejoint différents objectifs:

  • de la Charte cantonale: « les équipes d’animations les motivent et les aident à prendre des responsabilités », « les centres incitent et aident les individus à devenir des acteurs sociaux responsables de leurs choix à exprimer, à participer à la vie de la cité par la réalisation du projet collectifs » etc…
  • du projet associatif de la MQT: « nous privilégions lles actions qui émanent de projets d’usagers et se construisent avec les populations concernées. Les aspects participatifs et collectifs sont donc largement mis en avant », etc…

1.4 Partenariats

Cette diversité d’actions et ‘organisations a engendré de multiples partenariats, que ce soit avec des institutions similaires pour les CD de compilations et des concerts tournants (Villa Tacchini, Undertown, MQ, Champel,…) ou en complémentarité avec d’autres insitutions pour la Fête de la musique ou des co-organisations (Festival Botox EPI Thônex,…). Nous sommes également en contact régulier avec la Commune, et encore plus depuis qu’elle développe une nouvelle politique de culture de proximité.

Notre priorité reste cependant dans l’accompagnement de co-organisations avec les collectifs ou/et groupement de jeune ayant des projets spécifiques.

2 En cohérence avec les objectifs et les finalités:

Autour de ce contexte musical, nous développons également d’autres objectifs en lien avec nos missions citées précédemment, et avec les finalités participatives de l’animation socioculturelle. Nous visons notamment à proposer:

2.1 « Du changement social et culturel »

Le projet associatif de la MQT mentionne parmi les finalités de « favoriser une dynamique de l’innovation et du changement social et culturel ».

2.2 Des prix abordables

Une maison de quartier se doit d’être un espace de rencontre dans lequel puissent se côtoyer des populations très diverses, en étant particulièrement attentive à « favoriser l’intégration des populations les plus démunies ou en difficulté » (Projet associatif).

 

 

Check la programmation ici !